Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Professeur d'histoire-géographie depuis la rentrée 2004, j'enseigne depuis 2008 dans un collège du Pas-de-Calais.

Titulaire d'un master recherche en histoire politique contemporaine sur l'antifascisme dans le bassin minier du Pas-de-Calais, je prépare actuellement un doctorat en histoire politique contemporaine sur le Parti communiste et la CGTU dans le Pas-de-Calais durant l'entre-deux-guerres. 

Je suis membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l'Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie.

Je suis également membre du Bureau de la CGT Educ'action du Pas-de-Calais, du Bureau Académique de la CGT Educ'action Nord-Pas-de-Calais ainsi que du Conseil Scientifique de l'Institut Régional d'Histoire Sociale de la CGT Nord-Pas-de-Calais.

Archives

Mes vidéos de prof

Publié par David NOËL

HMS Hood Forces of ValorAprès le Yamato et le Missouri (qui existe en deux versions, mais je n'en ai acheté qu'une) et le Tirpitz, Forces of Valor vient de sortir un quatrième cuirassé de la Seconde Guerre mondiale à l'échelle 1/700, le HMS Hood, le plus célèbre cuirassé anglais coulé par le Bismarck en 1941. Je l'ai donc commandé sur le site de Oupsmodel et je l'ai reçu hier. C'est un très beau bateau.

J'aime beaucoup cette gamme de produits qui ont une taille respectable, sont très précis pour un prix relativement abordable. J'espère que Forces of Valor a prévu d'en sortir d'autres. Pourquoi pas un cuirassé français comme le Richelieu ? Ce serait pas mal...

Quelques renseignements sur le Hood tirés de wikipedia :



Avant la Seconde Guerre mondiale

Lancé en 1918, le navire ne prit pas part aux combats de la Première Guerre mondiale. C'était le plus grand navire de la flotte britannique, voire du monde à une certaine période. Pour ces raisons de prestige, le navire passa une grande partie de l'entre-deux-guerres à rendre visite aux autres parties de l'empire britannique ou aux autres pays.

Un talon d'Achille

Cependant la faiblesse du navire résidait dans son blindage, insuffisamment épais, surtout sur le pont du navire. On craignait particulièrement les obus de gros calibre tombant à la verticale. Les amiraux en étaient conscients, mais le projet de refonte fut constamment reporté, faute d'argent, mais surtout de temps : le navire étant « l'ambassadeur » de la force navale britannique, il fut mobilisé par les parades, mais aussi par les nombreuses crises présageant la guerre. En 1939, avec le déclenchement de la guerre contre l'Allemagne, l'idée de renforcement du blindage fut définitivement enterrée.

Seconde Guerre mondiale

Au début du second conflit mondial, le Hood est transféré à la base navale de Scapa Flow, au nord de l'Écosse. Avec les autres bâtiments de la Home Fleet, il a pour zone d'action l'Atlantique nord. Il participe à l'attaque de la flotte française à Mers el-Kébir en 1940.

La fin tragique du Hood

Le 21 mai 1941, le cuirassé allemand Bismarck, ainsi que le croiseur lourd SMS Prinz Eugen, sont repérés à Bergen, en Norvège. Ils quittent le port en direction de l'Islande et risquent d'étouffer la Grande-Bretagne en menaçant les convois entre elle et les États-Unis. Le 22 mai, à 22 h 15, le Hood et le Prince of Wales quittent Scapa Flow pour aller à leur rencontre dans le détroit du Danemark. Le groupe naval est dirigé par l'amiral Holland. La direction du Bismarck est confirmée par deux croiseurs, le Norfolk et le Suffolk, qui le repèrent au radar au nord-est de l'Islande le 23 mai et le suivent à distance.

Le lendemain 24 mai, à 5 h 5, à la sortie du détroit du Danemark, les deux flottes s'aperçoivent. La bataille est engagée à 5h52, aux coordonnées 61° 31 N, 31° 52 O, à une distance de 25 km, se réduisant. Les quatre navires en présence encaissent chacun des coups sévères, mais aucun ne semble emporter la décision. Les navires allemands deviennent pourtant de plus en plus précis dans leur tir, tandis que le navire amiral britannique, le Hood, souffre de nombreux problèmes techniques qui l'empêchent de tirer plus vite. À 5h57, la seconde salve du SMS Prinz Eugen déclenche un incendie, à 6h00, un obus du Bismarck atteint le talon d'Achille du Hood, au niveau de la soute à munitions insuffisamment protégée. Une formidable explosion retentit, avec une boule de feu haute de plusieurs centaines de mètres : le navire est cassé en deux et coule en quelques minutes1. On ne trouvera que trois survivants sur les 1 419 hommes d'équipage.

Le Prince of Wales rompt le combat. Quant au Bismarck, dont une soute à mazout a été perforée, il est contraint de renoncer à ses raids dans l'Atlantique et doit regagner Brest. Commence alors une longue traque de la Royal Navy qui parvient à l'intercepter grâce aux avions de l'Ark Royal, permettant aux cuirassés King George V et Rodney de l'endommager et de provoquer son sabordage par l'équipage.

La Royal Navy reste maîtresse de la mer du Nord et de l'Atlantique.

Conséquences

L'anéantissement du fleuron de la marine britannique en quelques secondes provoque une très vive émotion au Royaume-Uni. Le désir de revanche est très fort et Churchill ordonne à ses amiraux : « Sink the Bismarck ! » (« Coulez le Bismarck ! »). Tout sera mis en œuvre pour laver cet affront et couler le Bismarck ce qui sera achevé le 27 mai 1941 à peu près à 650 km à l'ouest de Brest.


Source : Wikipedia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article